Partager

Léo

Fabien Cloutier

Léo

« Vieux garçon », « éternel adolescent », « vendeux de fines herbes ». Ce sont des étiquettes qui collaient bien à Léo jusqu’à aujourd’hui. À l’aube de la quarantaine, il réalise que passer ses samedis à jouer au Monopoly tout seul, pour mieux sortir le soir avec la gang de tous croches à Pouldjot, c’est déprimant!

Et quand Léo a quelque chose en tête, c’est un virage à 180 degrés qu’il entreprend. Le ménage dans sa vie sera à l’image du ménage de sa maison : bien rangé et impeccable, ne craignant pas un traitement choc de javellisant au besoin!

Léo est très proche de son père, Yvon, qui l’a élevé seul. Les caresses sur la joue pour être rassuré, l’odeur d’une bonne popote le dimanche et un gâteau de fête décoré à son image, Léo a cessé de vivre ces joies lorsque sa mère Marie fut emportée par un cancer, alors que Léo était encore enfant. Au fil du temps, Léo a fini par retrouver une présence féminine phare en la personne de Jessica, sa coiffeuse. Il va la voir fréquemment pour se faire enlever les p’tits poils dans le cou et lui demander conseil au passage. Sans Jessica, Léo n’aurait peut-être pas reçu le coup de pied au derrière nécessaire pour partir à la recherche d’une vraie bonne job et d’une vraie bonne blonde!